26 juin 2017

Les filles de l'apocalypse

L'homme est probablement la seule créature du Bon Dieu à posséder les moyens de faire des choses inutiles.

Parmi ces choses, qui regroupent en gros tout ce qui n'est pas nécessaire à la stricte survie matérielle de son corps, on pourrait citer la mode vestimentaire.

Probablement aussi vieille que l'humanité, en ce qu'elle donne aux mâles l'occasion de reluquer de belles femelles et inversement, elle est une caractéristique notable de toute civilisation.

Croire qu'elle disparaîtra le jour où s'éteindront les lumières relève à mon sens de la gageure...



Même si les temps qui s'annoncent promettent d'être terribles, il viendra sans doute un jour où, lassé de combattre tous les bamboulas de la terre, le survivaliste survivant, ne serait-ce que pour oublier temporairement la dureté de son existence, cherchera dans le futile de nouvelles raisons d'espérer.

Ce jour-là, au milieu des ruines, des douilles vides et des tombes pleines, nous assisterons alors à la renaissance de la civilisation, telle une pâquerette perçant timidement au milieu d'une chaussée défoncée. Car c'est ainsi que s'est bâtie notre histoire au fil des siècles et qu'ainsi elle se poursuivra, à moins qu'un holocauste nucléaire nous ait tous nanoparticulés dans l'intervalle.

Je serais sûrement malhonnête si je ne vous disais pas que, souvent, je me languis d'une telle perspective. Celle de la renaissance, bien entendu. Imaginez... Un paysage apocalyptique, une aube nouvelle, une communauté de survivants. Plus d'impôts, plus de taxes, de déclarations, de linky, de factures et de tout le reste. Juste des hommes et des femmes luttant, dormant, et baisant les armes à la main, fatigués, amaigris, émaciés sans doute, mais libres. Viscéralement libres, et totalement responsables de leur devenir.

Difficile d'imaginer une telle vie, tant nous n'y sommes plus habitués. Cependant, il me plait à penser pouvoir enfin la vivre un jour. Si tel est le cas, elle pourrait ressembler à ça...

6h00 : Lever. En règle générale. Parfois plus tôt, parfois plus tard, parfois pas levé du tout car pas couché la veille. Il fait froid ; on grelote. Mais la douleur nous rappelle aussi qu'on est en vie, et du coup, nous réchauffe un peu le cœur.

Avec le froid, la faim ; sauf qu'aujourd'hui, il n'y a plus de supermarchés pour la satisfaire. Terminée l'époque où l'on sortait sa carte de crédit pour payer un caddie plein de victuailles. A présent, c'est la carte d'état major ou le plan de la ville qui fait office de sésame. Pour repérer les endroits où les plus prévoyants de la communauté avaient placé des caches, marquer les puits et les étangs susceptibles de fournir un peu d'eau, ou encore, matérialiser les frontières des territoires ennemis qu'il nous faut éviter sous peine de capture et de mort.

A cette dernière, on y pense souvent, car tout autour nous la rappelle ; la désolation générale, les tas de gravats, la saleté, les cadavres. Alors comme pour exorciser nos cogitations mortifères, on se prend à rêver à cette fille de l'apocalypse...



Mais la réalité est là qui nous rattrape et nous rappelle qu'on a faim. Car tel est le vrai challenge des temps de l'apocalypse : trouver de quoi se nourrir. Une activité à plein temps, comme à l'époque de nos aïeuls. Une époque pas si lointaine, mais qui aujourd'hui nous parait aussi vieille que le déluge.

Rester en santé, protéger le corps et les mains de toute coupure, rester propre un tant soit peu, tels sont les nouveaux défis de l'apocalypse. Rester en vie, tout simplement. Retour à la case départ, sans passer par la banque où se sont évaporées nos économies d'avant la crise. Et on se lamente de n'avoir pas acheté quelques sacs de riz supplémentaires plutôt que d'avoir misé sur un ridicule livret d'épargne. La seule qu'il nous reste aujourd'hui, c'est l'épargne qu'on avait faite sur notre capital santé, lorsqu'il était encore temps, plutôt que de le gaspiller dans une suractivité futile et la "junk food" d'avant guerre.

Heureusement, il nous reste quelques réserves au domicile que nous occupions encore peu avant l'effondrement. Nous les avions soigneusement cachées et protégées, de manière à ce que même si nous avions dû partir précipitamment, il soit toujours possible de revenir les chercher. Et grand bien nous prit, car c'est exactement ce qui s'est passé ! Les " impies coureurs ", comme l'avait prédit la vieille femme, ont sillonné la ville et mis à sac toutes les habitations. C'est à ce moment-là qu'il nous a fallu partir, car même si, sur le coup, résister par la force aurait été possible, ils seraient probablement revenus plus nombreux !

Depuis, c'est à cela que nous occupons nos nuits, pendant que d'autres montent la garde au camp : récupérer à travers la ville la nourriture et les équipements que certains d'entre nous avaient dissimulés. Plus tout ce qu'il est possible de trouver en chemin. Chaque incursion dans les territoires désormais ennemis est une mission bien périlleuse, mais ô combien excitante ! Car même si nous la risquons à chaque fois, c'est cette nouvelle vie qui nous a fait réaliser qu'avant nous étions morts. On croyait vivre, mais ce n'était qu'une illusion ; une douce romance entretenue par le confort et les plaisirs ouatés de la civilisation. Bien sûr, ce n'était pas facile tous les jours, mais ce n'était pas la vraie vie, pas plus que notre destinée véritable comme nous le savons à présent. Au fond, le véritable enjeu sur terre pour toutes les espèces n'est peut-être que de survivre. Comme si l'homme ne vivait réellement que lorsqu'il n'y avait plus rien d'autre à faire.

Au début, cette nouvelle vie a même été profitable à certains égards, parfois inattendus. Ceux qui avaient réussi à traverser les premiers jours de la tourmente se sont rapidement trouvés mieux. Ils pensaient que les privations affaibliraient le corps, mais c'est l'inverse qui s'est produit. Le fait de n'avoir plus à disposition que des aliments de base, peu diversifiés et en faible quantité, a petit à petit épuré les organismes que la vie d'avant avait intoxiqués. Idem pour le moral, où l'instinct renaissant finit par chasser le stress causé par les artifices de la civilisation. Cet instinct de survie enfoui en chaque créature, et qui, lui, est naturel. Ceux qui parviendront à tenir jusqu'au bout seront plus forts, peut-être plus que leurs ancêtres des générations précédentes. Rien n'est perdu ; la race en ressortira plus vigoureuse ;

Peut-être même avec de nouveaux spécimens de femelles, bien loin des midinettes écervelées ou difformes du temps des vaches grasses...



Cela dit, il est vrai qu'à présent les choses commencent à devenir difficiles. Il ne faudrait pas que les tribulations s'éternisent au point de décimer l'entière population. Même si tout cela est de notre faute, pour avoir si méchamment malmené un habitat qui s'évertue depuis à nous rendre la monnaie de sa pièce. Tout comme les corps, sans doute que la terre elle aussi a besoin de se régénérer. Tout comme les corps, elle tremble, et nous restitue par tous ses pores les poisons que nous lui avions injectés.

C'est vrai aussi que parfois, on aimerait manger davantage, retrouver quelques-uns des plaisirs décadents de la vie d'autrefois. Puis, en y songeant, on se dit que finalement notre vie d'aujourd'hui n'est pas si mal non plus. Même si elle est dure, au moins elle est juste. Depuis que l'argent a disparu, ce sont les compétences qui ont pris le dessus. Le riche ne fait plus la loi ; aujourd'hui, c'est le plus débrouillard, le plus résistant, celui qui court le plus vite ou qui tire le mieux.

Aujourd'hui, chacun travaille pour soi ; chacun est l'artisan de sa propre survie, ou de sa déchéance. Chacun est son propre patron, même si au-dessus se trouve parfois un chef pour organiser sa vie. Cela, on l'accepte bien volontiers, parce qu'aujourd'hui, celui qui est au-dessus a mérité sa place. Les traîtres, gonzesses, et tapettes que la démocratie avait pour règle de nous imposer ont été balayés dans la tourmente, ou relégués au rang de bouffons qui aurait dû être le leur depuis toujours.

Pour les saints d'esprit - les élus - ceux dont le dragon avait échoué à pervertir l'âme en dépit de ses innombrables tentatives, c'est un vrai bonheur, un véritable cadeau de la Providence. Le dénouement tant attendu d'une vie entière passée à subir les brimades et serrer les dents. Une libération. Aujourd'hui, on pourrait presque dire que tout est possible. Non pas parce l'ordre et le règlement sont là pour donner une chance prétendument égale à chacun, mais justement parce qu'ils n'y sont plus.

Certes, on sait bien qu'un jour il faudra qu'ils reviennent, mais en attendant, c'est la nature qui dicte ses lois, et ce n'est pas plus mal. Et la toute première, trouver de quoi subsister. De quoi remplir ces carcasses qui se flétrissent au fil des jours, telles de vieilles pommes trop mûres, comme aspirées de l'intérieur. Ces corps de femmes qui invitent à peine à les toucher, encore moins à les caresser.

Et l'on en vient à rêver de jolies poupées blondes pleines de rondeurs...



Parce qu'aujourd'hui, ce serait plutôt ça...



Alors chacun de nous, le soir lorsqu'il ferme les yeux, espère secrètement que toutes ces privations et ces souffrances vont bientôt se terminer. Que la terre saura se montrer clémente en dépit de nos erreurs passées, et nous redonnera de ses fruits ; que l'herbe recommencera à pousser dans les champs, et avec elle, un peu de blé pour nourrir nos familles.

Mais on sait bien que pour l'instant, ce ne sont que de doux rêves, et que leur réalisation n'est pas pour demain. En attendant, il va falloir serrer les dents quelques fois de plus, en espérant ne pas mourir avant. Continuer à se battre, fouiner tels des rats pour de la nourriture, repousser les attaques, et se terrer comme des animaux la nuit tombée.

Un jour mon roi viendra. Et nous continuerons à guerroyer de plus belle. S'il me donne une compagne d'armes comme celle-là, alors je le suivrai jusqu'au bout du monde...



Ah qu'elles sont belles les filles de mon apocalypse !

19 commentaires:

  1. Ca, ce sera possible si nous restons un peuple homogène et uni. Or, notre propre peuple souhaite une mort rapide et indolore, comme les Romains qui se vautraient avec l'envahisseur plutôt que combattre l'invasion, avec le résultat que l'on connait.
    Le Français a bien exporté le concept de collaboration avec l'occupant puisque tout l'Occident s'y est mis.
    Ca va pas être simple de remonter la pente.
    cc

    RépondreSupprimer
  2. D'accord à 300 % avec cet article sauf pour la fille de l'apocalypse je l'ais déja trouvé Dieu merci !

    Henri

    RépondreSupprimer
  3. T'es complètement cinglé. Merci pour tes très utiles dossiers. J'espère que l'on se croisera dans l'après et que l'on finira sinon ami, au moins respectueux l'un de l'autre. Tempori servire et Vae victis !

    RépondreSupprimer
  4. La femme en photo avec une épée a peu de muscle; On voit qu'elle fait de la figuration. Et puis si les hommes ont plus tendance à se battre et à la violence c'est à cause de leur testosterome.

    RépondreSupprimer
  5. Pour moi, ces femmes existent déjà, même si elles ne portent pas de VZ58 à l'épaule, elles ont formé un clan soudé sans immondes parasites de gauche. Elles sont injustement classées de sectes par certains médias qui n'ont trouvé que ça pour les vilipender. A leur manière, elles sont survivalistes puisqu'elles construisent leur monde aux antipodes de l'influence mondialiste. Elles savent qu'elles ne peuvent pas stopper ce putain de N.O.M, mais elles ont décidé de bâtir une société parallèle, sans prétention, avec leur convictions. Elle sont également artistes, mais entendons-nous bien, je ne vous parle pas ce ces pétasses du show-biz, qui n'ont rien dans le crâne et chantent de la merde, celles dont je parle ne passeront jamais à la radio, passez politiquement correct vous comprenez. Non, en plus d'être belles, elles ont un cerveau et du talent. Parfois, j'envie leur communauté loin des cons, mais il est tellement difficile de construire cela avec notre entourage, abruti par la télé, vulgaire consommateur qui n'a pas la curiosité de savoir à quelle sauce il va être dévoré...
    Leur première chanson, un peu amateur, mais qui représente leur naissance : https://www.youtube.com/watch?v=3-qfKdofqUA
    Quant à celle là, elle devrait vous plaire : https://www.youtube.com/watch?v=idRQsWTTVYA
    Elles viennent de sortir un "manifeste sur les clans du futur" afin de se souder contre l'ordre mondial, elles pensent que seul on y arrivera pas. Elles veulent montrer l'exemple de leur force à travers leur expérience. Pour ceux que ça intéresse : https://www.youtube.com/watch?v=5u9K7Iprb-U
    Moi, en tout cas, de nature pessimiste, je suis époustouflé par ces jeunes femmes positives et énergiques qui m'apportent un vent de fraîcheur et je vous encourage à les soutenir et à les connaître, si Pierre Templar me permet de diffuser ce message.
    Nous devons encourager les patriotes sous toutes leurs formes, il y en trop peu.
    Bon courage à tous en ces temps troubles.
    Jerry Dandridge

    RépondreSupprimer
  6. La mode va donc changer?
    Dans notre société d'abondance être belle c'est être maigre comme un clou.
    Et puis les gens seront si méfiant les uns envers les autres qu'avoir une bosse à son entrejambe sera interprété comme avoir une arme caché
    et non pas ce qu'on pense habituellement....

    RépondreSupprimer
  7. Probablement que si la chute s'éternise (car on l'attend depuis longtemps)
    La France risque de se transformer en une petite Brésil.
    Avec des zones d'hypercriminalite et des îlots de richesse gardé par des entreprises privées.
    Ça nous tue à petit feu cette lente agonie

    RépondreSupprimer
  8. Merci Pierre, en plus d'une belle plume, tu as une belle âme. Cadeau à toi et aux lecteurs. Que D. veille sur nous et nous apporte la Délivrance Finale sans trop de bobos. EA
    https://www.youtube.com/watch?v=5WmVEoqontY

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme disait P hillard, préparez vous pour durer et passer les épreuves, c'est celui qui reste qui a raison.
      Ce n'est pas le démocratie qui opére.

      Supprimer
    2. L'un des théoriciens de l'action communiste, Victor Serge me semble-t-il, disait: "Le premier devoir d'un révolutionnaire, c'est de survivre".

      Supprimer
    3. en restera t'il " des filles de mon pays" ?la France prise dans la tenaille de l'_europe pourrait bien ressembler a ça :http://reinformation.tv/revolution-ethique-mariage-homo-pretres-suedois-pma-lesbiennes-rugy-perchoir-mille-71983-2/

      Supprimer
  9. C'est un scénario utopiste. Ce qu'il va se passer : la France va tomber doucement mais sûrement aux mains de l'islam. Le merdier islamomerdique, jusqu'ici cantonné aux agglomérations et leurs périphéries, va s'étendre aux villages. Personne ne bougera le petit doigt. La police y veillera.
    Poir preuve de ce que je raconte : la manifestation pacifique des identitaires, qui ne représentaient aucun danger mais que la police a cru bon et juste de réprimer sévèrement (entendez par là "frapper").
    Le monde mediatoco politique se couche devant l'islam.
    Comme disait ce bon vieux Georges Abitbol : monde de merde.

    RépondreSupprimer
  10. Bonjour Franz bien d'accord sur votre message , sauf l'avant dernière ligne,le monde politico-merdiatique ne se couche pas devant l'islam,il couche avec,car il en a besoin pour arriver a ses fins cordialement

    RépondreSupprimer
  11. Bonjour, bravo à ceux qui ont trouvé leur fille de l'apocalypse, car ici meme à la campagne, je ne vois qu'utopie,irréalisme, futilité et ce n'est meme pas une question d'age, jeune,vieux tout le monde plane et baigne dans son pseudo confort quotidien!
    Le réveil de la horde n'est pas d'actualité, je n'ai pas le temps et en plus les vacances commencent !
    Voilà l'état d'esprit actuel.

    RépondreSupprimer
  12. Je n'épiloguerai pas sur cette femme idéale la mienne me convient sisi...;)

    Par contre l'autre jupitérien finirait presque par prendre la cause des survivalistes

    WW3 c'est officiel : macron ne s'en cache pas (ou presque) et sur les 20 signes (annonciateur) on y distingues Px (mais ceux ci est une autre histoire..:P)

    Va-t-on vers une troisième guerre mondiale? Poser cette question n’a rien d’incongru et ne vous classe pas parmi les adeptes de sectes apocalyptiques ou autres survivalistes qui voient un danger à chaque coin de rue (on voie pas un danger....On anticipe pour pour pas que ça devienne un danger mais bon.. on va pas pinailler).
    Ces derniers mois, plusieurs médias l’ont posée, comme l’a récemment fait France Culture.

    le politologue américain Robert Kagan qui prévenait d’une telle éventualité, en appelant à « mettre un frein aux ambitions de la Russie et de la Chine avant qu’il ne soit trop tard » car « les laisser décider de leurs sphères d’influence ne pourrait que mener à la catastrophe. » (et l’Iran l'Arabie saoudite, le Qatar la Corée du nord ??? non ?? on va pas pinailler..)

    Un mois plus tôt, Mikhaïl Gorbatchev, a dit craindre une « troisième guerre mondiale ». « Depuis plusieurs années, les relations entre les grandes puissances vont de mal en pis. Les partisans de l’armement et du complexe militaro-industriel se frottent les mains. […] C’est comme si le monde se préparait pour la guerre », a-t-il estimé.

    Le site moscovite Vzgliad se demande si « la WW3 commencera à Kaliningrad », l’enclave russe coincée entre la Lituanie et la Pologne. Enfin, MSN.com a publié un portefolio montrant les « 20 signes que la troisième guerre mondiale a déjà commencé », en citant la faiblesse des organisations internationales, les disputes territoriales ou encore les politiques de puissance.
    (au passage on y voit clairement Px :
    https://www.msn.com/fr-ca/actualites/photos/20-signes-que-la-troisi%C3%A8me-guerre-mondiale-a-d%C3%A9j%C3%A0-commenc%C3%A9/ss-AAikNHZ#image=17)

    le dernier rapport de prospective du National Intelligence Council évoque des « dynamiques » qui « exacerbent les tensions entre pays, élevant ainsi le risque de conflit entre États au cours des cinq prochaines années. »

    « L’affaiblissement de l’Europe, l’incertitude sur le rôle que joueront les États-Unis sur la scène internationale et la remise en question des conventions de maintien de la paix et de respect des droits humains représentent des opportunités pour la Chine et la Russie.
    [...]
    Les échecs de gouvernance contribueront aussi à développer un sentiment de menace et d’insécurité dans des pays comme le Pakistan et la Corée du Nord. »

    Dans son discours du 3 juillet, Macron : « Nous le savons, ce monde dans lequel nous dessinons pour la France un chemin, à la fois neuf et fidèle à sa vocation ancienne, est un monde dangereux. Notre environnement, y compris notre environnement proche, se caractérise par l’accumulation des menaces. C’est bien l’ombre de la guerre qui, à chaque nouvelle crise, se profile »

    il continue « la déflagration mondiale n’est plus le spectre que brandissent les pessimistes : elle est pour les réalistes une hypothèse sérieuse. » Et de citer les « affirmations de puissance reviennent ou émergent », les « mouvements terroristes » qui « se développent dans de multiples régions avec des moyens qui augmentent leur capacité de nuisance », les « guerres régionales », qui « atteignent des degrés nouveaux de barbarie », les « alliances d’hier qui s’effritent », un « ordre multilatéral qui doute de lui-même », des « autoritaires et les démocraties illibérales qui fleurissent » ou encore « l’espace cybernétique » qui « propage et amplifie les instruments de cette guerre du tout contre tous. »

    toussi toussa On y va et c'est lui qui nous y conduira tout droit.

    ... a lire la suit si intéressé


    http://www.opex360.com/2017/07/04/pour-le-president-macron-la-deflagration-mondiale-est-pour-les-realistes-une-hypothese-serieuse/
    

    RépondreSupprimer
  13. Où sont les hommes ceux qui n'ont pas peur ? Et les femmes n'en parlons pas : miroir miroir dit moi si je suis la plus belle...!! je préfère être seule que d'être mal accompagnée... Pas facile d'être une vieille "âme" et de vivre dans ce monde merdique, ce monde ne me convient pas depuis longtemps, pas facile de rencontrer des personnes qui soient sur la même longueur d'ondes, (on est pris souvent pour des E.T), les humains sont de plus en plus formatés à devenir c..! afin de les empêcher de penser par eux-même donc d'évoluer dans le bon sens, je ne suis pas de ceux-là. Je ne sais pas si je fais partie des "filles" de l'apocalypse, mais ce qu'il y a de sur, c'est que je ne vais pas tendre la joue et je ne me laisserai pas faire par qui que ce soit!! Nous avons tous notre part de responsabilité de pourquoi nous en sommes arrivés là et seul le peuple (si il arrive à enlever ses "oeillères") pourra peut-être dire stop à ce qui ne lui convient plus! Donc détruire pour reconstruire, un mal pour un bien, comme beaucoup, j'aspire à un monde meilleur, mais tant que l'homme se soumettra à la noirceur de nos psychopathes que sont nos politiques, nous ne pourrons pas avancer vers la lumière, alors essayons de changer notre fusil d'épaule et de penser autrement afin d'avoir bonne conscience!

    RépondreSupprimer
  14. bonjour anonyme du 9/7 craignez les hommes qui n'ont pas peur,ce sont des menteurs ou des faibles d'esprit;la peur maitrisée (en partie!!),bien sûr , pas la panique , est nécessaire pour vous permettre d'apprécier une situation.Vous parlier sans doute d'hommes normaux et pas de ces lavettes embarbouzées , sentant la crème antiride et que l'on peut voir sur les podiums des "grands" couturiers se tortiller "comme une demoiselle"(Brassens)vous parlez sans doute de ceux qui affrontent la vie de tout les jours les mains dans le cambouis du quotidien ? et bien rassurez vous il y en a beaucoup plus que ce que vous le pensez ,au fait, par hasard ,est-ce que ce n'est pas les femmes qui élèvent les enfants qui sont devenues incapables d'en faire des hommes dignes de ce nom ?

    RépondreSupprimer
  15. Bonsoir Janus, je me suis mal exprimée, (où sont les hommes),je veux dire ceux qui n'ont pas peur de mettre les mains dans le cambouis ou autres,comme vous le dites si bien! Je vous rejoins pour les "lavettes embarbouzée" et j'en passe... Je pense qu'une mère de famille qui élève son ou ses enfants à l'heure d'aujourd'hui relève du parcours du combattant surtout si elle a pour compagnon une "lavette" qui passe ses journée à se regarder dans la glace et se mettre de la crème antirides!!

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes sont autorisés.